vigne lito r-01.png
Mais qu’en est-il de cet instant qui oblige à sortir de soi, de cette courte illumination qui fait s’ouvrir l’œil, frissonner la nuque, trembler nos certitudes et nous amène à douter de notre âge ? On a de nouveau sept ans et le monde redevient une énigme merveilleuse.
— Robert Lalonde
 

De nos jours, vivre un pur moment de félicité est rarissime. Avalés par les exigences que l’on s’impose, ensorcelés que nous sommes par l’orgie de distractions du monde moderne, la plupart d’entre nous laisserons passer la vie sans jamais goûter ni connaître, dans le délice du corps et de l’esprit, un authentique moment de plénitude.

landscape-sea-nature-outdoor-rock-horizon-500588-pxhere.com.jpg

Heureux qui a déjà connu, au moins une fois, cet instant de grâce, où, soudainement, comme une parenthèse au milieu du chaos, le monde se manifeste avec un éclat surréel. Les couleurs semblent alors si intenses qu’elles prennent une sorte de texture. Les sons ne passent plus par les oreilles, mais résonnent directement dans nos têtes. Les odeurs sont si pénétrantes que nous arrivons à les goûter… Ici et là, des détails apparaissent, surgissant de l’invisible... L’univers s’éveille en nous dans toute sa subtilité, sa vigueur, sa richesse. Quittant la cage dorée que nous nous sommes fabriquée, nous pénétrons au-delà du décor de la réalité, devenons le mouvement même de la vie.

L’émerveillement est une expérience spirituelle profonde, c’est l’âme qui respire à la surface de nos masques. Il ouvre nos visages comme des tournesols s’écarquillent au matin. Vécu à son paroxysme, l’émerveillement est une résurrection. Il rend à nos sens leur sensibilité originelle, à notre intelligence toute sa vivacité.

Durant les années de gestation du rituel de La Voie du vin, une même obsession aura guidé Thierry Forbois dans l’élaboration de son art : créer les conditions d’un émerveillement.