Objets inanimés, avez-vous donc une âme qui s’attache à notre âme et la force d’aimer ?
— Alphonse de Lamartine
 

Il fallait à la cérémonie un autel pour célébrer le vin, un centre de gravité autour duquel articuler son rituel, un objet ayant le pouvoir de générer un champ sacré, d'exercer une sorte de magnétisme à l’intérieur duquel les invité(e)s seraient réunis... Un objet qui ne se substitue pas à la pratique du maître de vin, mais lui permette de l’élever dans un art nouveau.

Créés par Thierry Forbois, les vascellums, corps d'office de La Cérémonie du vin, dont la confection artisanale de chaque corps requiert au-delà de 500 heures, sont de véritables sculptures animées promises au service de flacons mythiques jusqu'aux formats de 6 litres.

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 Planche corps d'office, tirée du manuscrit de  La Voie du vin , Thierry Forbois, mai 2012

Planche corps d'office, tirée du manuscrit de La Voie du vin, Thierry Forbois, mai 2012

 
 
 
 

J'ai voulu faire naître une créature inédite. Et bien que techniquement, il soit aujourd’hui permis de croire que le vascellum de la Cérémonie du vin est l’objet destiné au service et à la décantation du vin le plus sophistiqué jamais créé, ce n’est pas pour cette raison que je l’aime. J’aime son audace, son insolence...

Forbois Cover 3.png

Pour moi, il n’est pas la greffe réussie d’un cœur mécanique à son corps artistique, il montre que l’on peut dépasser toutes oppositions entre art et nécessité. Le beau et l’utile ne s’y ajoutent pas, ils y coexistent en symbiose, d’une manière irréductible. Comme si l’attrait d’une courbe offrait la solution optimale au mécanisme supporté par le détail de sa forme, ou que de la mécanique parfaite d’une fonction émanait précisément l’harmonie d’une courbe. Voyez-le purement comme une œuvre d’art et vous aurez tort... Voyez-le uniquement comme un outil formidable et vous aurez tout aussi tort! Car sa nature est autre, indécidable, en cela réside son mystère.

C’est aussi une œuvre de résistance! Un objet qui va à l’encontre du courant de production dominant de l’époque pour la multiplication d’objets dont l’esthétique industrielle, même quand elle est bien foutue, ne trouve aucune résonance avec l’être, avec ce que nous sommes vraiment... Nos téléphones intelligents, nos voitures, nos ouvre-boîtes..., nous sommes entourés d’objets au design irréprochable, des objets ingénieux et qui plaisent à nos sens, mais leur matière reste muette à nos âmes... C’est la différence entre les baies vitrées d’un immeuble et les vitraux de la cathédrale de Chartres : si la même lumière les traverse, de l’intérieur, alors que la première nous éclaire, l’autre nous parle...

—Thierry Forbois

 
Lithographie vascellum-02-01-01 r-01.png
Ces belles lignes insistaient pour être tracées ... Avec un émerveillement qui grandissait de seconde en seconde, qu’elles se «composaient» d’elles-mêmes par des lois plus fines que celles que peuvent connaître les hommes.
— JOHN RUSKIN
 
 
 
 
 

Suite de la visite

Le Rituel